News, Propriétaires

Immobilier de bureaux, l’Île-de-France redémarre

Le marché de bureau sur Paris et ses quartiers environnants reprend son souffle et redémarre de plus belle. Nombreuses sont les entreprises ayant pu finaliser leurs projets immobiliers.

Immobilier de bureau, Paris et ses environs se reprend

Le marché de l’immobilier de bureau sur l’Île-de-France prend un nouveau souffle et redémarre de plus belle. En effet, il a enregistré une nette progression de 13 % l’année dernière par rapport à 2013. Les grandes enseignes ont su profiter des nombreuses opportunités offertes, notamment dans le quartier de la Défense. Par contre, le secteur des surfaces intermédiaires se situant entre 1 000 et 5 000 m2 est en déclin. Géographiquement parlant, l’évolution varie d’un quartier à un autre. Dans le centre ville de Paris par exemple, 795 000 m² ont ainsi trouvé preneur et de belles transactions  se sont conclues dans les XIXème et XIIIème arrondissements. La Défense reprend ainsi son souffle avec le retour des grands investisseurs et la révision des loyers.

A l’opposé, les périphériques du sud et du nord enregistrent un vide relatif. Le loyer prime du QCA stagne à 740 euros le m2 par an tandis que le loyer moyen se situe aux environs de 500 euros le m2/an.

De belles perspectives dans l’immobilier de bureau

Effectivement, à l’exemple d’ALTEAGROUP cette année promet de belles perspectives en termes d’immobilier de bureaux. L’avènement puissant des grandes enseignes du secteur de la nouvelle technologie sont entre autres des facteurs permettant d’atteindre les 2,2 et 2, 4 millions de m2. Quant au loyer, il risque de connaître une inflation remarquable surtout du côté des quartiers du QCA.

Malgré le contexte économique défavorable du 2014, le marché de l’immobilier d’entreprise attire ainsi les investisseurs. Les bureaux représentent 87 % du montant global de 17 milliards d’euros. Ce succès montre bien que le marché de l’investissement ne dépend pas du marché locatif ni de l’économie locale,dans ses efforts pour se frayer un chemin parmi les marchés financiers à fort développement. Cette performance est notamment due au fait que la région parisienne attire de plus en plus d’investisseurs y compris les étrangers tels que les nord-américains. En effet, en dépit de la majorité des investisseurs français représentés par 66 %, on fait face à une forte entrée de fonds internationaux, vu que la France est jugée comme un milieu sécurisé en termes d’allocations d’actifs.

30 décembre 2015